Dendrochronologie : Andrew Ellicott Douglass

"The Lord of the Rings"

"By translating the story told by tree rings, we have pushed back the horizons of history in the United States for nearly eight centuries before Columbus reached the shores of the New World, and we have established in our Southwest a chronology for that period more accurate than if human hands had written down the major events as they occurred". -- A. E. Douglas, 1929

Douglass_3

 Andrew Ellicott Douglass est considéré comme le père de la dendrochronologie moderne. Elève du fameux astronome Percival Lowell, il est envoyé en 1894 en Arizona afin d’y fonder un observatoire astronomique. En acquérant des bois pour la construction de son observatoire, Douglass remarque des similitudes dans les patrons de croissance des arbres coupés...

Dès le début des années 1910, il pose les bases de la dendrochronologie qu’il fait en particulier reposer sur le principe d’interdatation. Dès lors, il applique ce principe à des disciplines aussi variées que la climatologie, l’archéologie ou l’astronomie.

En 1914, il est approché par Clark Wissler de l’American Museum of Natural History. L’objectif, tester sa méthode de datation des cernes sur l’un des grands mystères archéologiques de l’époque : les fameuses ruines indiennes disséminées dans tout le sud-ouest américain. Commence alors une quête de 15 ans financée par la National Geographic Society afin de dater les nombreux sites amérindiens à travers tous les Etats-Unis...

Navajos

Cliff Palace dans le Parc National de Mesa Verde, Colorado et les ruines de Chaco Canyon.

In this romantik ruin, we found a log whose ring count showed that it was cut in 1073.

Le début d’une longue frustration... Impossible pour lui et ses collègues de connecter les chronologies d’arbres vivants avec celles établies à partir des multiples ruines échantillonnées dans tout le sud-ouest ! Heureusement, vint HH-39. Cet échantillon collecté en juin 1929 est fondamental pour toute l’équipe. Il fait le lien entre les deux chronologies et permet de dater toutes les ruines inventoriées jusque là.

Cet événement est considéré comme l'un des jalons importants de l'archéologie moderne... La "science des cernes de bois devient" une discipline scientifique à part entière. Le National Geographic publie, suite à la découverte d’HH-39, l’article qui deviendra fondateur pour la dendrochronologie :"The secret of the southwest solved by talkative tree rings."

Par la suite, Douglass retourne à ses premiers amours qui le ramènent vers l’astronomie. En 1930, il essaie, par exemple, de retrouver les cycles solaires dans les dendrochronologies. Il part du principe que de légers changements de temps liés aux variations d’activités solaires, peuvent être intégrés dans les variations de largeurs de cernes. Pour cela, il fonde le premier laboratoire de dendrochronologie à TUCSON dans l'Arizona et travaille sur des Séquoias vieux de 5000 ans et des Pinus aristata vieux de 8500 ans. Il constitue ainsi les premières courbes de référence.

BryantBannisterBldgCopyrightDanielGriffin

Par ce biais, il ouvre un pan entier de recherche en sciences physiques. En 1934, faisant face à un succès croissant, il fonde la Tree-Ring Society avec Edmund Schulman, Waldo Glock, Sid Stallings, et John McGregor. En 1937, il fonde le Laboratory of Tree-Ring Research (LTRR) de dendrochronologie à Tucson (Arizona) qui demeure, encore aujourd'hui, le plus grand laboratoire de dendrochronologie au monde.